XENAKIS IANNIS (1922- ),

Compositeur français d'origine grecque ayant appliqué des principes  mathématiques dans la musique. Né à Braila, en Roumanie, Xenakis grandit en Grèce, où il fit des études d'ingénieur. Engagé dans la résistance grecque pendant la Seconde Guerre mondiale, il perdit un œil à la suite d'une blessure au visage. Après la guerre, il dut fuir la Grèce en raison de ses activités politiques et se réfugia en France, où il vit depuis .Il étudia à Paris avec Arthur Honegger, Darius Milhaud et Olivier Messiaen, et fut, de 1948 à 1960 , assistant de l'architecte Le Corbusier, participant à ce titre ( Il a  pratiquement travaillé sur toutes ses réalisations durant ces 12 ans.  ), en 1958, à la conception du pavillon Philips de l'Exposition universelle de Bruxelles (qui sera détruit après l'exposition), dont le plan s'inspirait partiellement de son œuvre orchestrale Metastasis (1954). Il tenta d'établir des liaisons entre la composition musicale et les concepts de la physique, de l'architecture et, surtout, des mathématiques. Pour Xenakis, Le Corbusier est sans doute «  l'architecte » du XXe siècle. Il y réalisé des choses exemplaires

Sa méthode de musique stochastique est fondée sur des principes mathématiques tels que la théorie des ensembles, la logique symbolique et le calcul des probabilités, qui tendent vers un but, le stokhos. Il a eu recours à l'aléatoire, mais dans un cadre global, contrôlé de telle sorte que la musique qui en résulte soit entièrement écrite. Il a fondé en 1966 le Centre d'études mathématiques et automatiques musicales. Il excelle aussi dans l'évocation de certains rituels anciens, comme dans l'Oresteia (1966), musique de scène pour la tragédie d'Eschyle, Medea (1967), ainsi que dans Persépolis (1971), spectacle son et lumières avec musique électro-acoustique, organisé dans les ruines de la ville iranienne du même nom. Pour les titres de ses œuvres, il emploie des mots grecs. Parmi ses ouvrages les plus récents figurent de vastes partitions orchestrales avec ou sans voix et avec ou sans bande : Aïs (1979), Nekuia (1981), Ata (1987) et Kyania (1990). Une partition de Xenakis n'est pas la "mise en musique" des lois qu'elle utilise. Elle n'est ni plus, ni moins structurée que le monde physique: au mythe de l'œuvre fermée sur  elle-même, au narcissisme de l'art pour l'art, se substitue le principe d'une oeuvre participant aux éléments d'un monde cosmique.

Ce musicien mélange dans son œuvre architecture et mathématique ce qui donne a celle-ci  un ton particulier. Il est cependant un des grands musiciens contemporain.

     

LA COLLABORATION XENAKIS LE CORBUSIER

Architecte du Pavillon Philips* à l'Exposition Universelle de Bruxelles en 1958 ainsi que d'autres réalisations architecturales telles que le Couvent de La Tourette* (1955), il a composé Polytopes - spectacles, sons et lumières  pour le Pavillon français de l'Exposition de Montréal (1967), pour le spectacle Persépolis, montagne et ruines de Persépolis, Iran (1971), pour le Polytope de Cluny, pour le Diatope à l'inauguration du Centre Georges-Pompidou, Paris (1978)…Durant les années de collaboration Xenakis a participer aux différents projets du Corbusier, et notamment à la réalisation de CHANDIGARH (le musée, le secrétariat, l'assemblée, l'école d'art…Tous ces monuments ont l'empreinte de Xenakis par les lignes courbes relatives aux mathématiques), une de ses plus belles réalisations. Il a également participer a l'élaboration du musée d'art occidental a Tokyo en 1957 et a bien d'autres projets de 1948 à 1960. Xenakis a construit avec l'aide de son ami et maître, le pavillon Philips qui sera détruit à la fin de l'exposition et le couvent de la Tourette.

Le pavillon Philips fut une des dernière œuvre que fit Xenakis avec le Corbusier. On peut remarquer le coté mathématicien de Xenakis car l'œuvre est composée de courbes telles des « fonctions arithmétiques » ! Cette architecture ressemble au musée  Guggenheim de Bilbao construit par Franck Lloyd Wright récemment. Le coté musicien ressort aussi dans l'œuvre car celle-ci ressemble à une partition de musique ou les mélodies montent et descendent sur la portée. A travers cette architecture , Xenakis a su mêler ses deux passions : la musique et les mathématiques. Malheureusement cette œuvre fut détruite .( Trop moderne pour l'époque ou manque de place ??) Cette photo (page suivante) montre le contraste entre l'architecture futuriste et les voitures de l'époque.  Elle est cependant très originale, et aujourd'hui on voit beaucoup d'œuvres de ce style (Guggenheim…) Xenakis a inspiré les architectes d'aujourd'hui.

                                                                 CONCLUSION   

Xenakis fut le collaborateur du Corbusier pendant douze ans. Durant cette période il fut son maître mais il l'a également inspiré sur de nombreux projets pour finir par en créer lui-même. Ceux-ci étaient originaux  pour l'époque (surtout le pavillon). Il a intégré dans ceux-ci son savoir de musicien et de mathématicien pour élaborer une « nouvelle » architecture très originale. Sa musique était également originale car elle mêle aussi les mathématiques et l'architecture dans la construction des partitions qui sont très rigoureuses dans l'écriture. XENAKIS est un artiste polyvalent comme PICASSO. Il a su mêler tous ses talents dans ses œuvres. Il a inspiré les architectes d'aujourd'hui comme Franck Lloyd Wright et le musée Guggenheim de Bilbao en   Espagne qui est composé de lignes comme le pavillon Philips.

Xenakis reste et restera un des grandes artistes du XX siècle

LES PHOTOS